Une entreprise en difficulté pouvait mettre temporairement son travailleur en inactivité en cas de manque de travail. Dans ce cas-là, le salarié mis temporairement en inactivité reçoit une allocation de chômage pour les jours en question.

La commission affaires sociales a approuvé le 13 avril 2016 une adaptation de la réglementation en la matière, notamment suite aux conséquences des attentats du 22 mars 2016. Dorénavant, une entreprise peut appliquer le chômage économique, même si elle ne répond pas aux conditions existantes pour être reconnues comme entreprises en difficulté.

Pour éviter les abus, il existait déjà un système de paiement de cotisations de sorte que si l’employeur utilisait trop de jours sur base annuelle, il devait payer une cotisation spéciale. Dorénavant, la méthode de calcul de la cotisation due a aussi été adaptée et se fait désormais sur base trimestrielle.

Plus d’information ici.

Leave a Comment